Mercato

Mamadou Sakho explique dans les grandes largeurs le choix MHSC

Mamadou Sakho, le défenseur central du Montpellier HSC, ici à gauche.
Mamadou Sakho, le défenseur central du Montpellier HSC, ici à gauche.

Après huit années passées outre-Manche, sous les tuniques de Liverpool (2013-2017) et Crystal Palace (2017-2021), Mamadou Sakho (31 ans) a fait, cet été, le choix de revenir en France. Invité en conférence de presse ce vendredi en fin de matinée, le défenseur central français s'est très longuement expliqué sur son choix de rejoindre le Montpellier Hérault Sport Club.

C'est un Mamadou Sakho très bavard qui s'est présenté face aux journalistes, ce vendredi midi dans la salle de presse de Grammont. Le nouveau numéro 3 du club pailladin a pris son temps pour expliquer pourquoi il a dit oui au MHSC, avec lequel il s'est engagé pour trois ans. "Ce qui fait que j’ai fait le choix de Montpellier, c’est le projet qui m’a été proposé. Il m’a tout de suite parlé et, en même temps, me rapprocher de ma mère qui est un peu malade a aussi joué. Le fait aussi que ma famille découvre mon pays, leur pays, la France. Après huit ans en Angleterre, c’est toujours bien de rentrer à la maison et qu’ils puissent grandir avec cette culture française et cette langue. C’est un tout que Montpellier m’a séduit. J’ai échangé avec les dirigeants, Bruno Carotti (Ndlr, le directeur sportif) a été très très clair dans ses propos il a réussi à me séduire. J’ai eu ensuite le coach au téléphone et le président. Le projet m’a parlé tout de suite", a d'abord indiqué le joueur formé au Paris Saint-Germain.

À lire aussi : Mamadou Sakho savoure son retour en France

Arrivé aux abords de la Mosson au mois de juillet dernier, le natif de Paris se sent déjà pleinement épanoui dans son nouvel environnement. "Tout le monde est très heureux. Quand tu as 18 ans et que tu fais des choix de carrière et 31 ans, ce n’est pas la même chose. Il faut prendre l’aspect familial en compte, trouver une école pour les enfants… Tout le monde est très heureux, se sent très bien. Et ma mère, elle est contente de me voir plus souvent. Quand tu quittes la maison à 12 ans et que tu te retrouves au centre de formation et que tu rentres que le week-end, que tu as ton appartement à 16 ans, tu es émancipé. La vie suit son cours, et quelques années après, tu te rends compte que le temps passe et qu’il faut passer du temps en famille aussi, ce qui est très important. Quand on peut compter sur les deux, c’est encore mieux", a ajouté Mamadou Sakho.

À lire aussi : Mamadou Sakho ne tarit pas d'éloges au sujet de Téji Savanier

L'international tricolore (29 sélections, 2 buts), qui a encore les Bleus dans un coin de sa tête, n'a pour l'heure que des bonnes choses à dire sur son nouveau club : "L’image que j’avais, c’était déjà un club familial. Ensuite, un club de bonhommes, parce que la mentalité du papa et du fils Nicollin, ce sont des bonhommes, des gens de parole. Je suis pareil. C’est une mentalité qui me convient", a lancé l'axial montpelliérain qui, cerise sur le gâteau, a retrouvé sa plénitude sur le plan physique. "Je suis content d’être arrivé ici, avec un bon groupe très jeune, beaucoup de fougue, de talent. Aujourd’hui, côtoyer cette équipe, cette ville, ce stade, ce centre d’entraînement, je m’y sens de mieux en mieux. (...) On a beaucoup travaillé sur mon corps personnellement, je me sens très très bien. Espérons que ça continue comme ça tout au long de la saison pour donner le maximum avec l’équipe", a conclu Mamadou Sakho.