Ligue 1

Incidents MHSC - Bordeaux : Le préfet de l'Hérault est très remonté et promet des grosses sanctions

Le préfet de l'Hérault prend la parole
Le préfet de l'Hérault prend la parole

Hier, sur les coups de 18h, le car des supporters bordelais, pourtant escorté par la police, a été attaqué par des fans du Montpellier HSC. À Saint Jean de Védas, une commune à proximité de Montpellier, près de 70 supporters pailladins se sont présentés avec des fumigènes, ont ouvert les soutes du car et insulté les Bordelais. Résultat, les Girondins sont sortis pour en découdre et une énorme bagarre a eu lieu sur le rond point. Au total, 16 personnes ont été blessés, dont 6 qui ont fini à l'hôpital. Ce matin sur RMC, le préfet de l'Hérault Hugues Moutouh a poussé un coup de gueule. "Je tiens à dire que ces gens-là sont la honte du football et du sport. Je n’accepte absolument pas que ces rixes aient lieu dans les rues de l’agglomération montpelliéraine. Une enquête est en cours, on procède à des identifications. On a des images. Je mets tout le monde dans le même sac: les ultras de Bordeaux et de Montpellier. L’enquête va déterminer les responsabilités de ces individus, qui seront déférés devant le tribunal judiciaire. Au-delà des personnes qui se sont présentées à l’hôpital, j’ai bon espoir qu’on arrive à identifier d’autres coupables."

Ainsi, le préfet promet d'agir durement suite à cet incident et les déplacements des supporters risquent d'être très limités à Montpellier. "Je prendrai des interdictions administratives individuelles et d’autre part, j’interdira le déplacement et l’accueil des tous les clubs de supporters qui se conduisent de cette façon inadmissible. Ces gens-là sont la lèpre du football. Maintenant, il faut mettre un terme. Le football, c’est la joie, on y va en famille. On n’est pas là pour assister à des fights entre supporters violents (…) Si le retour du public dans les stades veut dire le retour des hooligans, il faut prendre des mesures. Il faut se montrer extrêmement ferme et interdire de stade les personnes qui commettent ce genre de violences."