Nouveau stade

Laurent Nicollin envoie un message avant les municipales

Commentaire(s)

A six jours du deuxième tour des élections municipales, Laurent Nicollin a profité de son intervention en conférence de presse, ce lundi, pour faire le point sur son projet de nouveau stade pour le MHSC. Et alors qu'une triangulaire se profile à Montpellier, entre le Maire sortant Philippe Saurel, Michaël Delafosse et une alliance menée par Mohed Altrad, le président du club héraultais regrette que tout ce petit monde ne soit pas sur la même ligne que lui sur la question du stade. "Pour nous, le projet est très simple. Le souhait qu'on a, après avoir dépensé plus de 500 000 euros depuis un an et demi deux ans, c'est d'aller à Cambacérès (un quartier de Montpellier, ndlr). On ne se voit pas aller ailleurs que là-bas. On est en train de tout ficeler avec nos partenaires financiers, on a déjà créé la société pour créer le stade et on estime que c'est l'endroit le mieux adapté pour que les gens puissent venir (...) passer un bon moment au stade. On veut faire un stade éco-responsable, avoir le premier stade écologique de France, prôner quelque chose de bien. On s'est investi dans ce projet et re-décaler encore de plusieurs années, ce serait pour nous un profond échec. Dans notre cursus, on devrait attaquer les travaux en fin 2021, pour une ouverture en 2024, vers octobre-novembre. Cela tomberait en plein dans les 50 ans du club, ce serait une belle symbolique d'avoir ce nouveau stade, en souvenir pour mon père, ce serait fabuleux. Et j'ai peur que si on parte ailleurs, on perde 4, 5 ou 6 ans. Moi, je ne porterai pas ça", a prévenu Nicollin, avant de présenter le bien-fondé du projet, qui "va créer entre 4 000 et 5 000 emplois et rapporter à la collectivité entre 8 et 10 millions d'euros de taxes".

"On languit que dimanche soit passé et qu'on discute dès le lendemain avec le Maire qui sera élu pour enfin valider ce projet à Cambacérès. Pour nous ça ne peut se faire que là-bas. C'est vital pour le club et prendre deux ou trois ans de retard serait catastrophique. L'idée, c'est de l'ouvrir en 2024, ce serait fabuleux et important pour nous", a poursuivi le dirigeant montpelliérain. "Philippe Saurel s'est exprimé pour le projet à Cambacérès. Michaël Delafosse lui s'est exprimé pour Pérols, à la place du projet "Ode à la Mer", ce qui est un peu nébuleux pour moi (...) Monsieur Altrad, je ne l'ai pas eu, donc je ne sais pas. J'ai vu qu'il parlait d'un référendum... On perdrait encore six mois ou un an..."