Le gros point mercato de Laurent Nicollin

Laurent Nicollin, ici lors de la présentation de Michel Der Zakarian en mai dernier.
Laurent Nicollin, ici lors de la présentation de Michel Der Zakarian en mai dernier.

Peu animé dans le sens des arrivées, le marché des transferts le sera peut-être davantage dans celui des départs, à Montpellier. Sur RMC, Laurent Nicollin a donné les grandes lignes du mercato pailladin...

Suite à la belle première partie de saison du MHSC, conclue à la 7e place de Ligue 1, le mercato montpelliérain ne sera pas extrêmement animé. Sauf pour "certains éléments qui ne jouent pas" et qui "pourraient aller s'épanouir ailleurs", a soufflé Laurent Nicollin sur les ondes de RMC, ce jeudi. Invité de l'émission Team Duga, le président du club pailladin a avoué qu'il pourrait laisser partir plusieurs joueurs cantonnés au banc de touche ou à la réserve. William Rémy, en partance pour le Legia Varsovie, et Kevin Bérigaud, notamment, sont candidats. "C'est toujours un échec pour tout le monde, mais autant être intelligent : s'ils peuvent s'épanouir ailleurs, tant mieux. Mais ils ont un contrat jusqu'en juin et s'ils veulent rester, on les garde, il n'y a pas de souci."

Nicollin préfèrerait conserver des joueurs davantage utilisés par Michel Der Zakarian, mais qui se retrouvent au coeur de l'actualité des transferts en ce mois de janvier. Stéphane Sessègnon et Jérôme Roussillon font partie de ceux-là. "On n'est pas du tout dans l'optique de vendre, sauf contre des offres qu'on ne peut pas refuser", a prévenu le nouveau patron du MHSC. "Stéphane ? Il a été exemplaire en arrivant chez nous l'année dernière. Il a quelques problèmes (le fisc lui réclame de l'argent, ndlr) qui seront peut-être réglés s'il part à l'étranger. On ne le met pas du tout dehors, mais s'il veut faciliter les choses en partant, il n'y aura pas de souci."

Quant à Roussillon, qui représente la plus forte valeur marchande de l'effectif montpelliérain, il va de soi qu'il dispute sa toute dernière saison dans l'Hérault. "On voulait le prolonger avec une revalorisation, qui, apparemment, ne l'a pas convaincu", a rappelé Nicollin. "On ne pouvait pas doubler son salaire et s'il avait prolongé, il aurait eu un bon de sortie, comme prévu. Je n'ai aucun contact avec aucun club pour lui. On l'a eu pour zéro euro, donc je n'ai pas réfléchi à un prix de départ. Dans ma tête, il est encore six mois chez nous et aura un bon de sortie en juin. C'est pour ça qu'on a pris Ambroise Oyongo (arrivé en début de semaine, ndlr). On essaie de ne pas trop se tromper, d'avoir une certaine logique." Depuis près d'un an, ça réussit plutôt bien au MHSC...

Réagissez à l'article "Le gros point mercato de Laurent Nicollin"