MHSC

Der Zakarian : "Une première période catastrophique"

Commentaire(s)
Der Zakarian ne comprend pas d'où vient le problème de ses joueurs à l'extérieur.
Der Zakarian ne comprend pas d'où vient le problème de ses joueurs à l'extérieur.

A Metz, Montpellier a décroché le point du nul (2-2, analyse et notes) lors de la 12ème journée de Ligue 1 après avoir été mené de deux buts. Au vue du scénario du match, Michel Der Zakarian s'est dit satisfait de ce point pris, bien qu'il ait fustigé ses joueurs pour le niveau de jeu affiché en première période. "C'est un bon point de pris, après avoir fait une première période catastrophique. On s'est réveillé, on a fait une bonne dernière demi-heure, on a mis de l'intensité, du jeu direct, plus de qualité technique. C'est la seule belle chose de la soirée, car notre première période a vraiment été insipide. C'est incroyable de jouer comme ça" a-t-il débuté, et d'ajouter : "On met deux buts avec beaucoup de conviction, mais voilà... J'ai changé de système car Pedro (Mendes) avait un peu mal à la hanche, et puis je voulais faire bouger les choses. Mais même en voulant changer, on a fait un début de seconde période catastrophique. On perd un duel de la tête, on n'est pas à la retombée du ballon, on se fait éliminer comme des piquets et ils marquent. Un joli but, mais bon..."

Grâce à un coaching payant avec notamment l'entrée en jeu de Sambia, auteur du but de l'égalisation, le MHSC s'est réveillé en fin de rencontre. Mais cela n'a pas empêché MDZ d'en rajouter une couche concernant la première mi-temps de son équipe. "Des fois, ça réussit, des fois non. J'étais agacé car on a fait une première période... Ce n'est pas ça le football. Il faut avoir envie de faire un match complet, de mettre de la vitesse. Le foot, c'est de la qualité technique, de la réflexion aussi. Tout ce qu'on n'avait pas". Après avoir reconnu que ce point "sauve la soirée", l'entraîneur montpelliérain a concédé qu'il n'avait pas la solution concernant le bloquage de ses joueurs à l'extérieur, eux qui n'ont toujours pas remporté le moindre match loin de leurs bases. "Non, je ne comprends pas. Ce sont les joueurs qui ont la réponse, pas moi. Est-ce qu'ils sont bloqués, je n'en sais rien. Je leur pose la question mais je n'ai pas de réponse. Le mental ? La confiance ? On est tous passé par là. C'est dans la tête. La qualité, ils l'ont. Et aussi la volonté de se surpasser. En première période, on s'est fait broyer physiquement."