S'exporter pour éviter l'exode...

Montpellier joue une qualification européenne en fin de saison, avec le prochain mercato en toile de fond...
Montpellier joue une qualification européenne en fin de saison, avec le prochain mercato en toile de fond...

Alors que plusieurs de ses joueurs sont déjà cités comme des prospects intéressants en vue du prochain mercato estival, le MHSC pourrait profiter d'une qualification européenne pour conserver la majeure partie de son effectif.

Il n’y a qu’à jeter un oeil aux réseaux sociaux des joueurs Montpelliérains pour s’en rendre compte : hier soir, ils étaient tous scotchés à leurs écrans pour suivre le choc entre Chelsea et le FC Barcelone (1-1). Pedro Mendes, Vitorino Hilton ou encore Junior Sambia avaient sûrement les étoiles de la Champions League plein les yeux en voyant Léo Messi et sa bande lutter face au bloc défensif construit par Antonio Conte - qui a d’ailleurs des similitudes avec celui érigé par Michel Der Zakarian. Mais la saison prochaine, il se pourrait bien que ce soit à eux de grimper sur la scène continentale.

Les 5e et 6e places de Ligue 1 étant qualificatives pour la Ligue Europa si les coupes nationales sont remportées par l’un des quatre premiers du classement, le MHSC, aux portes du top 5 (6e avec un point de retard sur Nantes) a toutes ses chances de retrouver l’Europe, six ans après la campagne en Champions League qui avait fait suite à son titre en 2012. "J’espère que mes joueurs ont cette ambition et l’envie de combattre jusqu’au bout pour cette cinquième place", lance, sans tabou, Michel Der Zakarian. "Cela fait deux, trois ans que le club lutte pour se sauver. Il vaut mieux jouer les matchs pour être en haut..."

D'autres départs en plus de Roussillon ?

Ruben Aguilar va plus loin et considèrerait comme une "petite déception" une place finale hors du top 6. "On en parle entre nous, oui, on aimerait bien aller chercher la cinquième ou la sixième place. En début de saison, on nous disait qu’on jouait le maintien, mais maintenant qu’on peut postuler à une place européenne, on va essayer d’aller la chercher et une septième place serait une petite déception..." Du point de vue de plusieurs joueurs, cela pourrait aussi changer l’approche du mercato estival, que l’on annonce relativement chaud dans l’Hérault.

Même si elles se font encore exclusivement à l’intérieur de nos frontières, les performances des Pailladins ne sont pas passez inaperçues en Europe et plusieurs joueurs seront naturellement sollicités à l’intersaison. "Pour la grande majorité, ils sont sous contrat", balaye Der Zakarian. Le coach Montpelliérain sait pourtant que la valeur d’un contrat n’est plus la même aujourd’hui que du temps où il foulait lui-même les pelouses de notre championnat (il n’a connu que deux clubs, Nantes et Montpellier). L’un de ses meilleurs joueurs, Jérôme Roussillon, est par exemple quasi-assuré de quitter le MHSC un an avant la fin de son engagement (juin 2019).

Aguilar : "ça pèse dans la balance"

Le latéral gauche, auteur d’un exercice 2017-18 éblouissant, avait l’occasion de partir dès l’hiver dernier, mais s’est laissé convaincre par la deuxième partie de saison alléchante qui s’offrait à Montpellier. Et c’est dans le même esprit qu’une qualification pour les tours préliminaires de l’Europa League, la saison prochaine, pourrait convaincre les jeunes talents Montpelliérains de poursuivre leur aventure du côté de la Mosson. "J’ai encore deux ans de contrat et je ne m’imagine pas partir, mais c’est sûr que jouer une compétition européenne pèse dans la balance", confesse Aguilar, que l’on annonce notamment dans le viseur de l’OM. "Pour moi, il n'y a ni l'intérêt d'autres clubs, ni celui de partir."

La vérité d'un jour n'est pas forcément celle du lendemain et le cas de l'ancien Auxerrois, arrivé il y a moins d'un an seulement, diffère de ceux des Ellyes Skhiri, formé au club, ou Nordi Mukiele, qui termine sa deuxième saison sous le maillot orange-et-bleu. La menace de perdre plusieurs cadres est donc bien réelle. Se qualifier pour l’Europe afin de s’assurer de conserver ses meilleurs éléments, s’exporter pour éviter l’exode : un paradoxe en forme d’enjeu au MHSC sur cette fin de saison...