Le clan Djourou explique les raisons du transfert avorté au MHSC

Le dossier Johan Djourou est inattendu
Le dossier Johan Djourou est inattendu

Très proche de rejoindre le Montpellier Hérault SC en juin dernier, Johan Djourou a finalement paraphé un contrat avec Antalyaspor, le 7 août dernier. Interrogé par nos confrères du Temps, son agent s'explique...

Au mois de juin, le MHSC s'apprêtait à réaliser un gros coup, en s'offrant Johan Djourou, libre de tout contrat. Le défenseur suisse de 30 ans, qui a notamment disputé deux Coupes du Monde avec les Helvètes, était d'accord avec les Héraultais pour parapher son contrat. Cependant, l'officialisation ne s'est jamais produite, et l'ancien joueur d'Hambourg est aujourd'hui en Turquie.

Le Temps, un média suisse, s'est alors entretenu avec son agent, Costa Bonato, afin d'expliquer les raisons de ce transfert avorté. "Louis Nicollin veut rencontrer le joueur, le «sentir». C’est contraire aux principes de Bonato mais il accepte. Les dirigeants héraultais ont l’air sérieux, directs, francs. Johan Djourou n’est pas emballé à l’idée de jouer en Ligue 1 mais ressort conquis du mas Saint Gabriel, la propriété des Nicollin" écrivent nos confrères, d'abord, au moment d'évoquer le court chapitre pailladin du joueur.

Menaces physiques et chantages sont au rendez-vous

Cependant, trois "évènements" ont complètement changé la donne. Le décès, tragique, du Président fondateur du MHSC, Louis Nicollin, le 29 juin dernier a, évidemment, retardé la présentation du joueur. Mais c'est surtout les doutes du médecin montpelliérain vis-à-vis du genou de Djourou qui commencent à entacher les relations entre les deux parties. Pas convaincu par l'état de santé du joueur (opéré en 2009), Montpellier fait une nouvelle offre salariale, légèrement inférieure (Un contrat de 4 ans était proposé avant la visite médicale. Le MHSC offre, ensuite, un contrat de 2 ans). Le défenseur et son conseiller commencent donc à hésiter.

Mais le véritable point noir de ce transfert se résume à l'arrivée, dans le dossier, de quatre intermédiaires. Ces derniers veulent à tout prix entrer dans la transaction afin de toucher une commission sur le transfert. Selon nos confrères, "toutes les manoeuvres" sont utilisées, comme des chantages et même des "menaces physiques". "Cela a foutu la merde, brouillé le contact avec le club et même perturbé la relation entre Johan et moi" explique alors Costa Bonato. Un ancien international suisse et un ancien joueur du FC Zurich seraient alors impliqués dans cette vague de menaces. Des faits qui ont donc coûté cher au MHSC, qui était proche de s'offrir un renfort d'expérience..


Réagissez à l'article "Le clan Djourou explique les raisons du transfert avorté au MHSC"